Les faits marquants du 1er semestre 2006

19 juillet 2006 à 18h20
BILAN ECONOMIQUE DU 1er SEMESTRE 2006
Les faits marquants

 

Les ventes physiques représentent 95 % du marché avec 353 millions d’euros, en baisse de 11 %,
Les ventes numériques représentent 5 % du marché avec 20 millions d’euros en progression de 79 %.

le chiffre d’affaires des singles baisse de 8.7 %,
le chiffre d’affaires des albums baisse de 9.4 %,
le chiffre d’affaires des vidéomusicales baisse de 25.5 %,
le répertoire classique progresse de 5 %, le répertoire francophone régresse de 13 % et le répertoire international de 11 %,
le poids du répertoire francophone au sein des disques de variété reste stable à 65 %.

Au sein des ventes numériques :

Le chiffre d’affaires numérique représente 20 millions d’euros, 36 % proviennent du téléchargement (contre 14 % au premier semestre 2004) et 64 % proviennent des revenus de la téléphonie mobile (contre 86 % au premier semestre 2004).

le chiffre d’affaires du téléchargement est multiplié par 1.9,
le chiffre d’affaires de la téléphonie mobile progresse de 73 %.
Le nombre de titres téléchargés sur les plateformes de téléchargement légal a doublé par rapport au premier semestre 2005 passant de 6.6 à 13.3 millions de titres,
40 % des titres achetés sont téléchargés (contre 25 % au premier semestre 2005).
La part des ventes physiques de singles dans la consommation de titres musicaux perd donc 15 points passant de 75 % à 60 % à une année d’intervalle.
12 millions de sonneries téléphoniques ont été achetées (contre environ 6.5 millions au premier semestre 2005),
A deux années d’intervalle, le marché du numérique a été multiplié par 3.5 et la progression des ventes en téléchargement (x par 8.7) a été trois fois plus importante que celles des revenus de la téléphonie mobile (x par 2.6).
 Meilleures ventes (source Ifop Tite Live)

Le marché de gros de la musique enregistrée représente ainsi 373 millions d’euros contre 409 millions au premier semestre 2005 (-8.8 %).

Au sein des ventes physiques :

 Les ventes de disques en magasins (marché de détail TTC) ont chuté de 10.5 % en valeur et de 21.5 % en volume.
Le marché de détail des albums continue de se déconcentrer : si globalement, les ventes d’albums en magasins baissent de 21 %, le volume des 200 meilleures ventes d’albums du semestre chute de 32 %.
Ainsi la part du TOP albums (200) ne cesse de se réduite passant de 45.7 % au premier semestre 2003 à 32 % au premier semestre 2006.
 Les sorties commerciales d’albums francophones restent stables alors que les sorties d’albums internationaux chutent de 36 %.La part des artistes francophones dans la commercialisation d’albums a gagné 13 points en cinq ans passant de 19 % en 2001 à 32 % en 2006. Le solde des nouvelles signatures d’artistes poursuit sa reprise après la chute de 2003 et 2004 : 34 nouveaux artistes francophones signés au premier semestre 2006 contre 24 en 2005 mais 68 en 2002.

Dans le domaine de la diffusion musicale en radio, le nombre d’entrées en play list est en baisse pour la troisième année consécutive : 1 388 titres sont entrés en play list au cours de ce semestre soit 9 % de moins qu’en 2003. Ce sont les titres francophones qui ont souffert de ce resserrement. Aujourd’hui, 2 % des titres totalisent 65 % des diffusions.

Catégorie : Rapports / Dossiers