Le marché de gros de la musique enregistrée (9 premiers mois année 2007)

10 octobre 2007 à 18h28

titredossiers2007

 

LE MARCHÉ DE GROS DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE
NEUF PREMIERS MOIS DE L’ANNÉE 2007

 

(valeur gros H.T. nette de remises)
317.8 millions d’euros : -17 % par rapport au 1er semestre 2006

 

Au cours des 9 premiers mois de l’année 2007, le marché de gros de la musique enregistrée a représenté 443.9 millions d’euros en baisse de 20.5 % par rapport à 2006 pour la même période.

Millions d’euros 9 premiers mois 2006 9 premiers mois 2007 Evolution 2007/2006
Marché physique 526.4 409.3 22.2%
Marché numérique 32 34.6 +8.1%
Marché de la musique enregistrée 558.4 443.9 20.5%

 

symbolrect1 (1) Le marché physique : – 22.2 % et 92% du marché de la musique enregistrée.

symbolrect1 (1) Le marché numérique : + 8.1 % et 8 % du marché de la musique enregistréee.

Le marché de la musique enregistrée a perdu 114.5 millions d’euros. La progression du marché numérique (+ 2.6 millions d’euros) est donc très loin de compenser la perte réalisée sur le marché physique (-117.1 millions d’euros).
Aujourd’hui, le marché numérique représente 8 % du total du marché de la musique enregistrée contre 5 % en 2006, 3 % en 2005 et 1 % en 2004.

VENTES DE PHONOGRAMMES

(Ventes gros H.T. nettes de remises)

PREMIER SEMESTRE 2007 : -18.9 % en valeur

symbolrect1 (1) 409.3 millions d’euros : – 22,2% en valeur

Les ventes gros éditeurs H.T. des neuf premiers mois de l’année 2007 ont représenté un chiffre d’affaires de 409,3 millions d’euros en baisse de 22,2% par rapport à 2006 et de 51.3 % par rapport à 2002;

A cinq années d’intervalle, le marché du disque aura donc été divisé par 2.

ÉVOLUTION DU MARCHÉ (9 premiers mois)

2003/2002 2004/2003 2005/2003 2006/2005 2007/2006 2007/2002
13 % 19% 1% 9% 22% 51.3%

La chute du marché des 9 premiers mois de 2007 est la plus importante de ces dernières années.
Le chiffre d’affaires de ces trois premiers trimestres (409 millions d’euros) représente à peu près ce que le marché a perdu en 5 ans (431 millions d’euros).
L’évolution du chiffre d’affaires (- 22,2%) se décompose en – 22.9% pour les ventes audio et -12.5 % pour les ventes vidéo.

 

symbolrect1 (1) Le chiffre d’affaires des ventes audio est en baisse de 22.9 %, avec un fort contraste entre les formats : - 61 % pour les singles et – 20 % pour les albums.

  • Les ventes de singles régressent de 61 % en valeur par rapport à 2006, le marché a été divisé par 7 en 5 ans.

  • Les ventes d’albums chutent de 20 % en valeur.

  • Si le marché des singles a été divisé par 7 entre 2002 et 2007, le marché divisé par 2 : 364 millions d’euros en 2007 et 705 millions en 2002.

  • Les ventes vidéo chutent de 12.5 9 % en valeur.
    La décroissance du marché des vidéomusicales amorcée en 2006 se poursuit : -12.5 % en 2007 consécutive à une baisse de 28.6 % en 2006. Néanmoins, contrairement au marché audio, le chiffre d’affaires des vidéomusicales reste supérieur de 29 % à celui de 2002.

symbolrect1 (1) Répertoires : – 14 % pour le répertoire classique et – 23 % pour le répertoire variété

Le répertoire classique régresse de 14 % malgré un mois de septembre très performant (+ 86 %). Avec un chiffre d’affaires de 38.5 millions d’euros, le marché classique est aujourd’hui très proche de celui constaté avant la crise (37.7 millions d ‘euros sur les 9 premiers mois de l’année 2002).

  • Le répertoire variété régresse de 23 %. Cette baisse très sensible se porte maintenant à la fois sur le répertoire francophone (-23.6 %) et sur le répertoire international (- 21.8%).
    Ainsi, la part du chiffre d’affaires francophone s’effrite, passant de 64.8 % en 2006 à 64.3 % en 2007 (cumul des 9 premiers mois).
    En 5 ans les ventes du répertoire francophone ont chuté de 52 % et celles du répertoire international de 57 %. Néanmoins, le répertoire francophone représente 64.8 % des ventes de variété contre 61.8 % en 2002.

VENTES DE DISQUES EN FRANCE
(ventes gros H.T. nettes de remises)

ventilationsupports07

 

VENTES NUMÉRIQUES

NEUF PREMIERS MOIS DE L’ANNÉE 2007

+ 8.1 % en valeur

Les revenus numériques des éditeurs phonographiques des 9 premiers mois 2007 ont représenté 34.6 millions d’euros en progression de 8.1 % par rapport aux 9 premiers mois 2006.

 

ÉVOLUTION DU MARCHÉ NUMÉRIQUE
Comparaison des 9 premiers mois 2006-2007

Au sein du marché numérique : 34.6 millions d’euros

symbolrect1 (1) les revenus du téléchargement représentent 14.4 millions d’euros soit 42 % des revenus numériques, (9.4 millions d’euros et 41 % des revenus en 2006 pour la même période),

symbolrect1 (1) les revenus de la téléphonie mobile représentent 18.7 millions d’euros soit 54 % des revenus numériques, (12.7 millions d’euros et 55 % des revenus en 2006 pour la même période),

symbolrect1 (1) les autres revenus (streaming et abonnement) totalisent 1.4 million d’euros soit 4 % des revenus numériques, (0.9 million d’euros et 4 % des revenus en 2006 pour la même période).

Au cours des 9 premiers mois 2007 :

symbolrect1 (1) Le marché téléchargement internet progresse de 23.6 % et s’établit à 14.4 millions d’euros : cette progression est essentiellement imputable au marché des albums (+ 24.8 % et + 4.6 millions d’euros) alors que le téléchargement des titres à l’unité semble s’être stabilisé à 6.6 millions d’euros.

symbolrect1 (1) Les ventes via la téléphonie mobile se sont stabilisées aux environs de 19 millions d’euros : la baisse du chiffre d’affaires des sonneries (- 2.1 millions d’euros) est compensée par le doublement du chiffre d’affaires des titres musicaux (+ 2.2 millions d’euros).

En cumulant le chiffre d’affaires du téléchargement internet (14.3 millions d’euros) et le téléchargement de titres musicaux sur mobile (4.3 millions d’euros), on obtient un chiffre d’affaires total téléchargement de 18.6 millions d’euros, en progression de près de 35 % par rapport à 2006 sur la même période.
Aujourd’hui le téléchargement de musique via la téléphonie mobile représente près d’un quart du total du téléchargement contre seulement 15 % il y a un an.

REVENUS NUMÉRIQUES : PREMIER SEMESTRE 2007

revenusnumeric9mois07

LE MARCHÉ DE DÉTAIL DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE À FIN SEPTEMBRE 2007

Ventes de supports en magasins : 741.7 millions d’euros soit -11.4 % en valeur

Les ventes en magasins ont représenté un chiffre d’affaires de 741.7 millions d’euros à fin septembre 2007, en baisse de 11.4 % par rapport à 2006 pour la même période.

evol9mois07

A quatre années d’intervalle, le marché physique de détail a perdu 356 millions d’euros soit 32 % de sa valeur.

 Le marché audio chute de 11.5 % et s’établit à 676 millions d’euros

  • Le marché des singles perd 46.1 % de sa valeur

    Il a représenté 28.2 millions d’euros, contre 52.4 millions en 2006 et 126 millions en 2003. Le marché des formats courts a donc été divisé par 4.5 en 4 ans, soit une perte de près de 100 millions d’euros.

evolcaformatcourts07

symbolrect1 (1) Le marché des albums perd 9 % de sa valeur

Il a représenté 648.5 millions d’euros contre 712.3 millions en 2003 et 971 millions en 2003. En 4 ans, le marché des formats longs a régressé de 33 % soit 323 millions d’euros.

evolcaformatlongs07

  • Au total, le chiffre d’affaires audio des enseignes a chuté de 421 millions d’euros sur 4 ans dont 98 millions pour les formats courts et 323 millions pour les formats longs.
    Aujourd’hui, le chiffre d’affaires des formats courts ne représente plus que 4 % du chiffre d’affaires des supports audio en magasins contre 12 % en 2003.

  • Le marché vidéo chute de 9.7 % et s’établit à 64.9 millions d’euros
    Cette régression représente une perte de chiffre d’affaires de 7 millions d’euros. Le marché des vidéomusicales, traditionnellement inférieur au chiffre d’affaires généré par les formats courts est aujourd’hui 2 fois plus important (64.9 millions d’euros vs 28 millions d’euros).

symbolrect1 (1) La chute du marché de détail des supports physiques (-11.4 %) a touché plus fortement le réseau de l’hyperdistribution que celui des enseignes spécialisées.

Le chiffre d’affaires disques et vidéos des grands surfaces alimentaires chute en effet de 14.8 % alors que celui des grands surfaces spécialisées ne perd que 8.6 %.

evol29mois07

Cette tendance est confirmée par l’analyse sur 4 ans : la chute du chiffre d’affaires des grandes surfaces alimentaires est 1.5 fois plus forte que celle des grandes surfaces spécialisées (-39.8 % vs -25.2 %).

Aujourd’hui, la part de marché de la distribution spécialisée s’établit à 56.3 % contre 51 % en 2003.

symbolrect1 (1) La chute du marché de détail des supports physiques touche les répertoires de façon inégale.

Les ventes des répertoires jazz (+ 8 %) et Techno/House (+ 52.9 %) progressent.

  • les ventes des répertoires variété francophone (-13.7 %), variété internationale (-11.5 %), classique (-12.5 %) régressent à un rythme proche de celui du marché audio (-11.5 %).
  • les ventes de compilations (-15.3 %), de Rap/Hip Hop (- 32.9 %), de musique world (-18.3 %) et de Bandes Originales de Films (-19.6 %) chutent plus fortement que le marché.

evolrepertoire9mois07

Les répertoires Variété Francophone, Variété Internationale et Compilations restent les trois genres musicaux prédominants, totalisant à eux trois 77 % du chiffre d’affaires audio.

evolrepertoires9mois07

LE MARCHÉ DE DÉTAIL DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE À FIN SEPTEMBRE 2007

Ventes en téléchargement : 20.3 millions d’euros soit +25 % en valeur. Sur les 9 premiers mois de l’année, le marché du téléchargement a représenté 20.3 millions d’euros, en progression de 25 % par rapport à 2006.

Le chiffre d’affaires téléchargement se décompose en :

symbolrect1 (1) titres vendus à l’unité : 9.7 millions d’euros, en progression de 11.9 %,

symbolrect1 (1) albums téléchargés : 10.6 millions d’euros en progression de 40.1 %.

evoltchgt9mois07

La croissance des ventes d’albums téléchargés a été 4 fois plus importante que celle des titres vendus à l’unité.

partalbumtitre9mois07

Enfin, le marché du téléchargement d’albums est plus concentré que le marché du téléchargement de titres. Pour les albums, les 50 meilleures ventes ont représenté 25.5 % du marché en 2007 (26.9 % en 2006).
Pour les titres, les 50 meilleures ventes ont représenté 16.8 % du marché en 2007 (17.9 % en 2006).

LES MEILLEURES VENTES DES NEUF PREMIERS MOIS 2007

MEILLEURE VENTE DE SINGLE

En 2007, le téléchargement des albums est devenu majoritaire au sein du marché du téléchargement passant de 47 % en 2006 à 52.2 % en 2007 (cumul 9 premiers mois).

titremagtchgt9mois07

• 26 des 50 titres (52 %) les plus vendus en magasins sont également présents dans le Top Téléchargement

titresfrancophones9mois07

MEILLEURE VENTE D’ALBUM

albummagtchgt9mois07

• 31 des 50 albums (62 %) les plus vendus en magasins sont également présents dans le Top Téléchargement

albumsfrancophones9mois07

Tous les classements sont disponibles sur notre site disqueenfrance.com

 

Catégorie : Chiffres 2007